Entraînement : Plaisir, stratégies et résultats

La rentrée, c’est le retour à la routine, le retour des tâches et des objectifs à atteindre. J’aimerais aider les gens à ce que l’entraînement soit, comme ça l’est pour moi, une expérience agréable, plutôt qu’un « il faut » ou un « il faudrait » de plus à notre liste de choses à faire. J’aimerais aider les gens à choisir une mise en forme agréable, globale, assidue, qui durera plus que l’espace d’un coup de tête et qui amènera des résultats durables. Voici donc quelques suggestions.

LE PLAISIR AVANT TOUT

Personnellement, je suis une maniaque de plein air. Je n’en ai jamais assez. J’ai donc trouvé mon ‘‘X’’ dans l’entraînement en groupe avec Cardio Plein Air. Beau temps, mauvais temps, été comme hiver, on s’entraîne dehors. Oui, on travaille très fort, mais comme j’aime le décor, l’oxygène et le groupe, je n’ai pas cette impression de « il faut » quand je pars à l’entraînement.

Et vous, qu’est-ce qui vous inspire ? Vous avez toujours aimé jouer dans l’eau ? Pourquoi pas la natation! La musique vous fait vibrer ? Essayez le Zumba ! Bref, il faut partir de nos intérêts. C’est la base. Et on peut varier si ça nous amuse.

ÊTRE RÉALISTE, SELON SON CONTEXTE DE VIE

Sur la fréquence (combien de fois par semaine), la durée de nos entraînements (30 minutes, une heure, etc.), sur l’accessibilité (proximité du lieu d’entraînement), sur notre budget et nos objectifs. Dès qu’on est irréaliste sur un de ces points, on sabote notre réussite.

GARDER EN TÊTE SES RAISONS 

Toujours se rappeler pourquoi on a commencé et s’y accrocher dans les moments de démotivation. Il y en aura. C’est humain et normal.

S’ENTOURER D’UN ENTRAÎNEUR QUALIFIÉ

L’entraîneur (qualifié) encadre, écoute, et conseille de manière sécuritaire. L’entraîneur est aussi une personne motivante envers qui on s’engage : on est donc plus fidèle à nos entraînements et on obtient des résultats. On reste donc motivé. En prime, on diminue le risque de blessure.

PRENDRE UN ENGAGEMENT

Il faut mettre nos entraînements à l’agenda. Comme un rendez-vous qu’on ne déplace pas.

PAS D’EXCUSE

Inutile de se poser la question « J’y vais ou pas ? » quand on est fatigué ou qu’il y a trop de ménage à faire. On y va quand même. C’est non-négociable ! Tout ira mieux après l’entraînement. C’est garanti. L’activité physique est un antidépresseur naturel. Je ne connais personne qui repart d’un entraînement en se disant : « je savais que je n’aurais pas dû y aller ce soir ! »

ADHÉRER À DES ENTRAÎNEMENTS EN PETIT GROUPE

L’effet de groupe nous entraîne, nous pousse à nous dépasser. On socialise en même temps. Ça rend l’expérience complète et agréable.

TROUVER UN PARTENAIRE D’ENTRAÎNEMENT

On passe du bon temps, on s’encourage et on se « challenge » à rester assidus un et l’autre.

SE RESPECTER

Douleurs aux genoux, retour de grossesse, etc. Il faut reconnaître nos limites et en parler à des personnes qualifiées (entraîneurs, spécialistes de la santé) afin de maintenir ses activités tout en respectant son corps et son esprit. Tout cela mis ensemble, on a une recette gagnante pour intégrer l’entraînement à nos vies assidûment, sans y voir une corvée. C’est ce qui m’est arrivé. Je vous le souhaite, pour être bien, actif et pour longtemps !

Par Corinne Landry, entraîneure certifiée

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *