RELÈVE ENTREPRENEURIALE: C’est en forgeant qu’on devient forgeron !

J’en étais à ma troisième activité avec l’organisme J’entreprends la relève, lors de la présentation du prix de la meilleure VP Marketing au Gala des Prix de la relève entrepreneuriale, le 1er juin dernier, au somptueux Domaine de l’artisan à Brigham.

J’avais été recruté lors d’un 5 à 7. Me convaincre n’a surement pas été trop difficile.

Pour le papa d’un jeune homme de 17 ans et d’une petite fille de 5 mois, ancien entraîneur de hockey et de soccer par surcroît, s’impliquer auprès des jeunes est tout naturel, surtout s’il s’agit de stimuler le leadership, la créativité et l’entrepreneuriat.

J’ai donc participé à la campagne de financement et j’ai aussi donné, avec 29 autres bénévoles, une merveilleuse formation dans le cadre du programme «Économie pour le succès», avec lequel nous devions sensibiliser les étudiants sur la valeur de l’argent et sur les avantages de poursuivre leurs études.

En affaires depuis l’âge de 12 ans, cumulant de nombreuses années d’expérience dans plusieurs domaines, je trouve fort intéressant que les jeunes du secondaire soient mis en contact rapidement avec le monde des affaires.

Je n’ai rien contre le système d’éducation, mais il est prouvé qu’on retient beaucoup mieux ce que l’on met en action que ce que l’on apprend seulement qu’en théorie.

Comme on dit, c’est en travaillant qu’on vient bon… en apprenant de ses erreurs, en trouvant des solutions à de réels problèmes, en étant confronté pour vrai à des divergeances d’opinions, à des contraintes budgétaires ou des retards de production.

C’est exactement ce qu’on vécu les 24 jeunes entrepreneurs, répartis dans plusieurs équipes à travers 6 écoles, durant 26 semaines, en plus de leurs devoirs et leçons. Ils ont trouvé leur projet d’entreprise, créé leur compagnie, réparti les rôles et les tâches, géré les ressources humaines et financières, mis en place leur stratégie, conçu leurs outils de vente, fait leurs ventes, la livraison…

Bien que ce soit des étudiants, il s’agissait de vrais produits et de vraies ventes. Ils ont même dû liquider les actifs et dissoudre leur entreprise à la fin de l’exercice.

J’ignore ce que vous pensez en me lisant, mais je suis certain que ces jeunes, peu importe qu’ils aient remporté les honneurs ou non, ont pu découvrir des facettes d’eux qu’ils ne connaissaient pas, apprendre à s’exprimer, à négocier et, surtout, découvrir ce qu’ils aiment ou

n’aiment pas dans les tâches qui leurs étaient attitrées. Cet aspect à lui seul leur évitera probablement quelques emplois inappropriés !

Avis à tous les entrepreneurs établis, parlez-en à M. Normand Desloges ou à Amélie Dubois, impliquez-vous auprès des jeunes. Il s’agit de l’avenir et de la relève pour vos entreprises… Aussi bien les former dès maintenant !

Bref, je tiens à féliciter l’organisation, les bénévoles, l’animateur Olivier Gingras-Audet, ainsi qu’à remercier Claire Sarrasin, Directrice Générale sortante et Allyson Gince, coordonnatrice, de m’avoir invité. Au plaisir de vous revoir!

 

Camillia Rousseau, Aqua Lux, de Massey-Vanier High School a remporté 3 prix individuels et 2 prix d’équipe, avec Aqua Lux.
Le produit de Aqua Lux, une tablette en bois pour mettre son livre ou sa tablette et relaxer en prenant son bain.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au total, ce sont 23 prix qui ont été remis durant cette belle soirée.

Élue «entrepreneure de l’année», meilleure «VP marketing» et «personnalité de l’année», Camillia Rousseauavec qui je n’ai aucun lien de parenté – nous fait par de ces impressions, quelques jours après le gala, en acceptant de répondre à ces quelques questions :

Q. Après ces 26 semaines de programme et le gala qui a souligné votre succès, quels souvenirs garderas-tu de cette expérience en entrepreneuriat ?

R. Je n’oublierai jamais les liens que j’ai établis  avec les gens qui m’entourent. Que ce soit un lien professionnel avec d’autres entrepreneurs, une nouvelle amitié ou même simplement une conversation rapide avec un client, cela m’a toujours rendue heureuse.

Q. Qu’est-ce qui vous a le plus étonné, que vous ne pensiez pas avant de débuter votre propre entreprise ?

R. Ce qui m’a le plus étonné cette année, c’est tout le travail et le dévouement qu’on  a  pu mettre dans notre entreprise. Je savais que c’était beaucoup de travail, mais de nombreux défis inattendus sont survenus. C’était plus dur d’avancer avec certains de ces défis, mais nous avons persévéré. Je savais que nous pourrions le faire. J’ai toujours eu confiance en nous!

Q. Si vous aviez un argument pour d’autres étudiants qui hésiteraient à embarquer dans l’aventure, ce serait quoi?

R. Tentez votre chance! Allez-y parce que c’est l’occasion parfaite pour découvrir qui vous êtes et ce que vous aimez en tant qu’individu. L’aventure peut parfois être difficile, mais c’est parfait. Cela vous aidera à développer votre créativité et votre confiance en vous.

Q. Qu’est-ce que vous considérez comme le plus important comme entrepreneur après l’avoir expérimenté ?

R. Plusieurs aspects sont importants dans le rôle de l’entrepreneur. Ce n’est pas seulement basé sur la confiance ou la détermination. Je pense que cela passe avant tout par la passion pour l’expérience entière et combien de temps et d’énergie l’entrepreneur est prêt à consacrer à cette  passion.

En plus d’avoir remporté 3 fois à titre personnel, son entreprise Aqua Lux s’est aussi mérité la récompense pour le «produit de l’année», pour leur tablette de lecture pour le bain, ainsi que le «vidéoclip de l’année». Bravo aux autres membres de l’équipe: Émilie Proulx, Vivianne Beaulac et Maude Dechesneau.

Le marché du travail s’ouvrira assurément pour vous et tous les autres participants!

Soyez fiers de vous !

 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *