3 Clés pour attirer de la main d’oeuvre lors d’une abondance d’emploi

Que faire, en tant qu’employeur, pour attirer – et maintenir en poste – des travailleurs qualifiés?  

Cette question est plus que jamais d’actualité, alors que le Québec a atteint le plein emploi en 2018.

La pénurie de main-d’œuvre : un enjeu bien réel

Le plein emploi est une bonne nouvelle pour l’économie québécoise. Il donne toutefois de nombreux défis aux employeurs parce que :

le taux de chômage est très faible (sous la barre des 5%)

la majorité des travailleurs actifs ont un emploi

la demande pour de la main-d’œuvre qualifiée est plus élevée que l’offre.

« Avant, on pouvait travailler vingt ans, trente ans pour la même entreprise. Maintenant, on a beaucoup de transition de carrière. Les gens changent beaucoup plus souvent d’emploi », résume Valérie Roy, directrice générale de l’Alliance des centres-conseils en emploi du Québec.

Heureusement, il existe plusieurs solutions concrètes pour attirer et garder la main-d’œuvre lors d’une situation de plein emploi. En voici trois incontournables.

1) Se tourner vers l’immigration

    et les travailleurs âgés

Pour attirer de la main-d’œuvre qualifiée, l’embauche de travailleurs autochtones ou issus de l’immigration peut s’avérer très payante. C’est particulièrement vrai pour les entreprises situées en région.

Le gouvernement provincial a d’ailleurs adopté des politiques afin d’aider les nouveaux arrivants à bien s’intégrer au marché du travail (notamment sur la question de la formation et de la francisation).

Embaucher de la main-d’œuvre immigrante aide également à pallier au vieillissement de la population, qui ne cesse de s’accélérer au pays.

À ce propos, plusieurs entreprises québécoises ont choisi de se tourner vers des travailleurs plus expérimentés. Il n’est plus rare de voir un nouveau salarié de plus de 60 ans au sein d’une entreprise.

2) Améliorer l’environnement

    (et les conditions) de travail

Plus que jamais, il faut séduire le travailleur. Ce dernier pourra aisément se tourner vers d’autres offres dans une situation de plein emploi, il faut donc rivaliser avec les autres employeurs.

Le salarié cherche surtout :

un climat de travail stimulant

un horaire flexible correspondant à sa réalité

un salaire compétitif

une bonne formation à l’interne

une sécurité d’emploi.

Avant de lancer un processus d’embauche, demandez-vous si votre entreprise est en mesure d’offrir ces avantages aux éventuels candidats.

Comparez-vous à la compétition : que pouvez-vous faire de mieux pour séduire la main-d’œuvre? Se poser la question (et corriger certaines lacunes) vous aidera à mieux vendre votre entreprise aux candidats.

3) Cibler la main-d’œuvre là où

    elle se trouve

Afin de maximiser les candidatures d’emploi, il faut varier les médiums utilisés pour afficher votre offre.

Diversifier les canaux de communication pour son message vous aidera à obtenir davantage de candidatures variées.

Aujourd’hui, 1 Canadien sur 4 utilise les médias sociaux dans sa recherche d’emploi. Veillez donc à ce que votre offre d’emplois soit bien en vue sur des plateformes comme LinkedIn ou Facebook.

De nombreux outils en ligne de recherches d’emplois, comme Indeed ou Jobboom, sont disponibles pour faciliter la communication entre un employeur et un chercheur d’emploi. Il peut être bénéfique pour votre entreprise de solliciter leurs services.

Un défi exigeant, mais stimulant

Le processus de recherche d’employés est souvent exigeant, mais tellement essentiel pour votre entreprise.

Pour réussir dans un marché de chercheurs d’emplois, il faut transformer l’environnement de travail en milieu de vie et apprendre à penser comme le travailleur que l’on convoite.

C’est un moment pour clarifier ses objectifs et ses valeurs. Il convient donc de se poser la question suivante : ais-je ce qu’il faut pour attirer la perle rare?

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *